logo_des_grenadiers

Un match historique

Par Dominic Boivin-jeudi 14 Mar 2019

-Châteauguay-  Après leur victoire convaincante mardi face aux Cantonniers de Magog, les Grenadiers disputaient de nouveau une rencontre sans lendemain.  Dans ce qui s’est avéré le match le plus long dans l’histoire de la Ligue midget AAA du Québec, 4 heures 53 minutes, la troupe d’Éric Lecompte s’est inclinée en 4e prolongation par la marque de 1 à 0.

Après avoir été 77 minutes et 55 secondes sans faire scintiller la lumière rouge, l’attaque a tonné dans le match # 3 avec 7 buts, menés par  Loick Daigle avec une récolte de 4 points, 1 but et 3 mentions d’aide.

C’est Hugo Chiasson qui est désignée dans la mêlée. Son vis-à-vis est Olivier Adam.

Au début de la première période, les Grenadiers démontrent de l’intensité. Loick Daigle distribue un solide coup d’épaule à l’endroit de Félix Paquet.

À 3 :35, Alex Larocque manque des chances en or d’ouvrir la marque. L’attaquant s’y prend à deux reprises pour déjouer le # 35, mais en vain.

Quelques instants plus tard, Châteauguay joue de malchance.  Le tir de la ligne bleue de Zachary L’heureux  frappe le poteau.

Avec 3 minutes et des poussières à faire, c’est au tour de Justin Bergeron de toucher la tige.

Avant que l’on entende le son de la sirène, Hugo Chiasson se distingue, coup sur coup, aux dépens de Justin Robidas et d’Olivier Picard.

Aucun maître après 20 minutes de jeu.

Au début de la période médiane, le général Jacob Dion, propriété des Voltigeurs de Drummondville, démontre son grand talent en y allant d’une  montée à l’emporte-pièce. Il fait tout sauf marquer.

À 7 :00 le # 33 se signale de nouveau face à une menace de Justin Robidas

Alors que les Cantonniers évoluent sur le jeu de puissance, Alexandre Doucet, posté dans l’enclave, manque une cage béante. Une opportunité comme rarement il en bousille.

Quelques minutes plus tard, James Logan décoche un tir qui frappe de plein fouet la barre horizontale.

Avec 5 :47 à faire au cadran, Chiasson en met plein la vue aux amateurs.  Il est fumant de la jambière gauche sur ce même Dion et de la mitaine aux dépens d’Alexandre Doucet qui, a toutes les misères du monde à trouver le fond du filet.

En fin d’engagement, l’un des plus beaux espoirs en vue du prochain repêchage LHJMQ,  Zachary L’Heureux, démontre son côté physique en y allant d’un solide coup d’épaule en zone neutre.

Une échauffourée suivra.

Aucun pointage après 40 minutes de jeu.

Au dernier tiers, les locaux se font prendre en défaut pour avoir eu trop de joueurs sur la patinoire, mais sans conséquence.

À 4 :22, sur une descente à deux contre 1, Hugo Audette passe à Zachary L’Heureux qui se fait voler de la mitaine par Olivier Adam.

Le duel de gardien se poursuit.

Sur la séquence suivante, Chiasson est vif comme un chat sur une frappe de Zachary Barabé.

Avec 30 secondes et des poussières à faire, Olivier Picard frappe à son tour le poteau à la droite de Chiasson.

On ira donc en surtemps.

En première prolongation, le cerbère Châteauguois continue de garder les siens en vie, repoussant des tirs successifs de Justin Robidas et Karl Vaillancourt.

En deuxième prolongation,  les amateurs présents au Centre Multisports sont tous convaincus que les locaux viennent de l’emporter. Charles-Olivier Nadeau, à bout portant tir mais Olivier Adam sort la jambière au dernier instant.

Puis, Zachary L’Heureux sur un bel effort individuel revient de par l’arrière du filet. Le # 91 rate la cible de peu.

En troisième prolongation, l’attaquant Tristan Roy, question sans doute de déconcentrer Hugo Chiasson y va d’un geste délibéré, entrant en contact avec le # 33.  Hugo reste allongé pendant un long moment sur la surface glacée. Le # 19 s’en tire à bon compte avec seulement une pénalité mineure.

En quatrième prolongation, le défenseur Zachary Chalifoux se retrouve au cachot sur une décision discutable.

Les Cantonniers en profitent. À 8 :57,  Édouard Cournoyer décoche un tir qui déjoue Hugo Chiasson, côté du bouclier et élimine du même coup les Grenadiers en 4 parties dans ce qui s’avère un match historique.

Des records

Plusieurs records ont été battus lors de ce match qui, pour une première fois, s’est terminé après minuit.

Les amateurs auront assisté à la plus longue rencontre dans l’histoire de la ligue midget AAA qui aura duré au total 128 minutes et 57 secondes.

Le nombre de minutes en prolongation de 68:57 secondes. L’ancienne marque était de 43:16, le 22 mars 1996 entre le Laval-Laurentides-Lanaudière et le Lac St-Louis.

Le plus de tirs en prolongations 83. Le record était de 62 de nouveau entre Montréal-Bourassa et le Richelieu.

De son côté, le cerbère Hugo Chiasson a égalé un record de la Ligue avec 86 arrêts ex aequo avec un dénommé Gaétan Nadeau qui lui en avait repoussé autant sur un bombardement en règle de 91 lancers, le premier mars 1988.

Les impressions de l’entraîneur-chef Éric Lecompte

« Ce fut un match incroyable ! Les gens qui étaient ici l’ont constaté. Au-dessus de 80 lancers contre Hugo Chiasson. C’était tout un spectacle. Nous avons bien joué. On a travaillé et fait ce que nous avions à faire. »

« C’est la première fois que je vis ça en tant qu’entraîneur-chef et ancien joueur. Sept périodes de hockey, c’est beaucoup. C’est difficile pour tout le monde de rester concentré. » De constater le coach.

« On a beau dire que Magog était meilleur que nous, mais on a démontré du caractère et joué avec confiance. On a commencé un match le mercredi pour se terminer un jeudi ! Mes joueurs ont tout laissé sur la glace. nous avons travaillé et donné un bon spectacle. On a été honnête dans notre jeu. »

« C’est difficile de terminer le match en septième période avec une punition comme celle-là. Je pense que tout le monde est d’accord pour dire que c’était une décision douteuse. Les arbitres font partie du match. Il faut vivre avec. Quand ce n’est pas flagrant, que ça ne cause pas de l’obstruction, que ce n’est pas un coup à la tête, c’est discutable. Je pense qu’ils ont été honnêtes tout au long de la prolongation. Seulement, lorsque tu n’es pas sûr de la punition et que tu  lèves le bras deux, trois secondes après, ça laisse un goût amer ! Ce n’était pas une infraction qui était flagrante. J’ai dit à mes joueurs qu’il y a des bonnes façons de perdre. »

« Les partisans nous ont supportés jusqu’à la fin. Lorsqu’on sortait du vestiaire, ils nous encourageaient. Ça fait quelques années que je suis à Châteauguay et c’est une belle ville de hockey. Les partisans ont été là toute l’année.  Je n’ai jamais senti de pression. Ils ont toujours été derrière nous. Ils nous ont soutenus, encouragés. Je l’ai remercie. »

Texte de : Dominic Boivin, les Grenadiers de Châteauguay

Collaboration de : Martin Thériault et la Ligue Midget AAA du Québec

Crédit photo : Joey Chabot, les Grenadiers de Châteauguay, Maxime Maheu et les Cantonniers de Magog